Participation à la 9ème réunion mondiale de la CCONG- Éducation 2030 “Eduquer pour un avenir inclusif et durable”

Du 2 au 4 Décembre OIDEL a participé à la 9ème Réunion mondiale de la CCONG – Éducation 2030, à Hammamet (Tunisie) intitulée «Éduquer pour un avenir inclusif et durable ».

Cette réunion a été organisée par l’UNESCO et a eu lieu lors de la finalisation du premier cycle de l’examen des Objectif du Développement Durable (ci-après, les ODD).

Image de la salle pendant les conférences. Credits photo: UNESCO

La réunion a servie, notamment, comme plate-forme de discussion concernant l’état de la société civile depuis la dernière réunion mondiale de la CCONG, les activités entreprises, les principaux défis rencontrés, les progrès réalisés et les opportunités identifiées ainsi que la voie à suivre.

La réunion a compté avec des participants de haut niveau, tel que le Ministre Tunisien d’éducation Hatem Ben Salem ou la Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation Mme Stefania Giannini. Mme. Giannini a souligné que « Ce moment ne pourrait être plus important pour que la société civile soit à l’avant-garde de l’avancement du droit à l’éducation ».

Mme. Stefania Giannini, Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation.
Credits photo: UNESCO

Cette réunion a été particulièrement avantageuse pour l’OIDEL en raison des échanges qui ont été réalisées avec les autres ONG, tout au long de la journée.

De plus, l’OIDEL est intervenue à plusieurs reprises en signalant l’importance du rôle des écoles issues de la société civile afin d’accomplir les ODD. En ce sens, l’OIDEL a attiré l’attention sur l’importance du financement publique ainsi que sur une meilleure définition des cadres légaux afin que la prestation de l’éducation de la part de la société civile se fasse depuis une approche des droits de l’homme.

Photo groupe des participants. Credits photo: UNESCO

L’OIDEL considère que le point faible de la réunion et que l’organisation ainsi que les normes applicables à ces réunions devraient être plus transparentes et participatives et ceci malgré les efforts pour garantir que toutes les voix de la société civile soient écoutées”.

M. Ignasi Grau, dirécteur de l’OIDEL