fei_photo_page

Introduction

Toute personne a le droit à une éducation et une formation de qualité qui respectent pleinement son identité culturelle affirme l’article 5 de la Déclaration sur la diversité culturelle, l’instrument international le plus récent qui fait référence au droit à l’éducation. Ce texte souligne deux aspects de l’éducation prioritaires, pour la communauté internationale. Il est question en effet de qualité et de respect des identités et donc d’inclusion de tous les membres de la communauté politique et non seulement des personnes handicapées ou avec des besoins spéciaux.

Notre recherche essaie de creuser cette problématique – identité et inclusion – en étudiant la situation des libertés qui font partie du droit à l’éducation.
Le Cadre d’action d’Incheon souligne que l’éducation est une cause commune qui implique que la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques soient un processus inclusif. La société civile – poursuit le texte – a un rôle important à jouer dans l’exercice d’un droit à l’éducation de qualité. La liberté de choix d’éducation et de création d’établissements permet de juger l’attitude des États vis-à-vis de la société civile.

Par ailleurs, la Déclaration d’Incheon dans son paragraphe 12 engage les États à mettre en marche « une gouvernance participative et des partenariats coordonnés à tous les niveaux et dans tous les secteurs et à défendre le droit de participation de toutes les parties prenantes. Notre Indice de Liberté d’enseignement (ILE) permet également de mesurer indirectement la distance existante entre les politiques actuelles des États et cet objectif.

L’ILE couvre 94% de la population mondiale et un nombre important de pays, 136, de toutes les régions géographiques, offrant ainsi un panorama global de l’état de la situation

Documents

Vous pouvez télécharger le document (12 Mo) en cliquant directement sur l’image du document.

RESUME_ctr.indd

Presse